Noun Aout 2017 Numero 213


Quand le luxe se fait nécessaire


Luxe : Abondance de choses somptueuses. Ce qui ne fait pas partie du nécessaire, de
l'indispensable. Ce qu'on se permet de manière exceptionnelle.
Le luxe n’est plus ce qu’il était. Il s’est démocratisé. Il n’est plus l’apanage des gens riches. Le
luxe est sorti de ses propres frontières. Il a fait quelques infidélités au diamant et au caviar.
Le luxe lorgne désormais du côté des petites choses. Des choses simples. Qu’est-ce que le luxe
aujourd’hui ? Un soin en spa ; une coupe de champagne ; le rituel d’une plante divine ; une
plage sublime et non polluée à quelques minutes d’ici ; la fashion week parisienne de la Haute
Couture ; le sommeil ; le fat freezing ; une robe de princesse signée Sandra Mansour.
Le luxe n’est certes pas à la portée de tout le monde, mais il se trouve dans les détails. Dans une
technique moins agressive qu’une liposuccion ; dans un smoking Racil ; dans le rêve de la plus
grande saga littéraire et cinématographique de tous les temps ; dans l’art.
Mais parfois, le luxe pousse le bouchon très loin, ne frôlant pas le ridicule mais l’épousant
totalement. À travers un mocassin “écrase-écureuil” ; une plaque d’immatriculation à quatre
chiffres ou une sexualité un peu too much.
Le luxe se met dans tous ses états. Noun aussi, en cet été de tous les contrastes.


Download PDF